Aujourd'hui le Wednesday 24 July 2024, 205eme jour de l'année

Fuites

1.99K vues

"Je fais partie d´un groupe de jeunes gens. Je suis dans un immeuble un peu lugubre, une sorte de grosse collectivité. Un squat. Je monte vers les étages via un ascenseur tout aussi lugubre que l´immeuble, il me fait penser à un gros monte plateau. Je suis avec avec un mec, l´atmosphère est détendu mais on s´attend à quelque chose, mais on ne sait pas quoi. Il fait chaud, car on a des vêtements pour, mais je ressens pas de gêne. On arrive devant un "appartement", on frappe et on voit 3 autres mecs. On devait venir les chercher. Je ne sais plus lequel des gars devaient rester à l´appartement, il avait des choses à faire (il était en caleçon rayé bleu). Nous redescendons à 4, et l´ascenseur débouche sur une grande salle, une sorte de self-bar. Il y a plein de monde, tous détendus, pourtant je sais que quelque chose se prépare. On s´installe à une table où d´autres personnes nous attendaient. On devait être une dizaine, on était plusieurs filles. On discute, on rigole. J´ai un copain que j´embrasse.

>>Pour cette partie, j´ai quasiment que des sensations.
Après ce que je ressentais est arrivée, nous avons dû fuir. Je ne sais pas combien sont restés derrières nous. C´était le chaos, et je ne sais pas comment il était représenté. Nous sommes allés "ailleurs" : pays, univers, monde ? Mais il faut avancer. Je ne sais pas non plus si nous avons beaucoup voyagé, découvert de nouveaux "ailleurs".

Nous nous sommes finalement installé dans un "ailleurs" plutôt style asiatique, au bord d´un lac. Rien à voir avec le squat. Mon ex-copain a tellement changé suite à la fuite que nous nous sommes séparés. Les habitations sont plutôt ocres-blanc et rouge-bordeau. Cela me fait penser à une zone sacré avec des temples. Dans cette endroit perdu au milieu de la forêt, nous nous sentons en sécurité. Il n´y a plus cette pression.

Mais un jour, je me baladais dans la ville (en haut et banc en coton blanc), je vois des soldats toujours styles asiatiques, mais là ils sont nombreux, très nombreux. Ils sont armés de lances. Je cours, je cours comme une tarée vers l´endroit où nous habitons. "IL" revenait, sous une autre forme. La panique nous envahit, pourtant nous avions prévu un moyen de nous échapper. Nous ne sommes pas seuls de la bande, il y a aussi d´autres squatters d´avant. Nous allons dans un bâtiment pour nous enfuir, on est poursuivit par les soldats. Nous sommes plusieurs à essayer de ralentir leur progression, certains se font piétiner. Nous arrivons au bâtiment qui pourra les ralentir, et nous courrons dans une partie du bâtiment aveugle à "IL" dont le sol est en bois. Nous devons nous enlever nos vêtements et les jeter dans un endroit pour que "IL" ne puisse les récupérer. Nous sommes en sous vêtements tous, et nous devons fuir par un ponton sur le lac, mais nous devons pas faire de bruit et des groupes de 2 (un homme une femme) doivent partir ensemble. A l´entrée d´un ponton je retrouve une fille de la banque (qui me fait penser à une copine en vrai) qui à froid et qui panique, je la rassure. J´ai l´impression d´être une dirigeante de la communauté. Je vais prévenir un des gars sur le ponton (un dirigeant aussi qui me plaît aussi) pour lui faire part de la situation mais que lui ne peut pas accélérer l´évacuation. Et là une fille panique et crie, le ponton n´étant pas stable sur tout le long, des gens tombent à l´eau, d´autres cris : on s´est fait repérer. La situation est au plus mal, beaucoup resteront derrière nous. Les gens se sauvent comme ils peuvent, mais le plan d´évacuation est fait de manière que beaucoup des gens dans l´eau ne pourront l´atteindre. Tout le monde fuyant comme ils pouvaient, avec le gars, nous plongeons ensemble tel que le demande le plan d´évacuation. Je devais me laisser guider par le gars, le souffle commence à me manque. Heureusement, je retrouve l´air. Nous sommes dans un tunnel remplit d´eau. Nous retrouvons un autre couple de la bande. Ils ont vu personne d´autres avant ou après eux. En continuant, nous devrions trouver un autre "ailleurs", mais le gars veut retrouver pour voir si il peut trouver des gens. On s´embrasse, j´ai peur de plus le voir, qu´il ne revienne pas comme les autres mais il doit y aller. Moment étrange, mêlé d´amour révélé mais qu´il ne puisse survivre. Il part, je veux le suivre, mais je ne dois pas, je dois continuer même si il n´a pas là.

Nous arrivons devant 2 portes, une immergée par l´eau et l´autre donnant dans un monde à l´air libre. Une personne passe de la porte à l´air libre à celle de l´eau, dans cet "ailleurs", des gens sont à moitié aquatique. Nous passons donc par la porte donnant sur l´air libre. Nous arrivons dans un couloir tapissé de velours rouge et au sol une moquette rouge. Cela fait penser à un cabaret ou à une maison close. A notre gauche, nous empruntons une porte. Nous arrivons dans une petite pièce éclairée par une fenêtre en hauteur sous laquelle se trouve un évier : nous comprenons que nous sommes dans un sous sol. Elle a une petite annexe. Il y a des vêtements secs, l´autre fille et moi décidons de nous changer. Le mec est partie, nous ne savons pas où il va. Une habitante des lieux arrive, elle nous regarde avec insistance. D´après sa tenue, c´est bien un cabaret/maison close.

Nous vivons, la fille et moi quelques temps dans cette endroit, sans en sortir. Elle devient prostituée et elle aime ça. En faite, on ne s´entend pas très bien. Elle a un téléphone portable pour avoir des clients fidèles, elle couche avec un homme et fait du téléphone rose en même temps. J´ai rencontré un autre mec, mais je ne vends pas mes services. Certes nous faisons l´amour, mais j´ai envie de lui. Je pense toujours à l´autre qui est resté derrière nous. Je me demande si il va bien, où il peut être, si ça se trouve il a pas réussit à retrouver où on était. La fille s´est retrouvé prostituée exclusive d´un fils d´un fonctionnaire important du pays, il l´invite à un mariage très important dans la ville. J´ai la permission d´y aller en temps que "peuple". Nous pouvons enfin sortir.

Le bal se trouve sur une grande place à coté d´un monument qui ressemble à une église, les gens sont en général vêtus de fourrure de préférence blanche. De grandes tables blanches sont parallèles face à deux trônes, brillant de blanc en forme de coquille saint jacques. Des lumières illuminaient de partout la blancheur de la cérémonie. Les gens étaient rangés par catégories : ceux qui sont invités, et ceux qui les accompagnent. Dans cette deuxième partie les gens sont moins bien habillés. Ils ont des coutumes bien bizar dans cet "ailleurs" : un jeu consiste à courir dans tous les sens et à soulever les jupons en criant je ne sais plus quel charabia. Ma compagnon de voyage se retrouve dans ce jeu sans rien comprendre. Je m´enfuis de la fête, je veux voir ailleurs, je vais trouver un moyen d´échapper à ce monde.

Je me retrouve sur un petite place, et il y a un magasin de jouets. J´y rentre, je monte à l´étage et je regarde. Je ne sais pas trop ce que je cherche, je sais juste qu´une petite fille me soule, elle veut me dénoncer à "IL". Je retrouve là le gars qui était avec nous. On veut que la fille se taise, on veut acheter son silence. Nous lui demandons ce qu´elle veut dans ce magasin, elle choisit une peluche blanche un peu moche. Malheureusement nous n´avons pas assez d´argent, nous décidons d´assommer la fillette et de partir. Mais à peine sommes nous sortie du magasin que la vendeuse voit la petite fille inerte sur le sol. "IL" sait qu´on est là, l´angoisse monte, nous devons nous enfuir, mais par où ? Il faut d´abord retrouver l´autre fille."

Et je me réveille !
Merci pour vos réponses

Bonjour,

Votre songe semble indiquer un besoin de plus de liberté mais aussi un désires sentimentale important peut être les deux sont liés…

Amicalement.