Aujourd'hui le 20 avril, nous fêtons les Odette.

"His own…. Is BIG !"

256 vues

Hola gente,

Cette nuit j´ai un rêve assez amusant.

J´étais à la maison, en tenue quotidienne. A un moment, ma mère, dans le salon, m´appelle. Je vais la voir, un biscuit dans la bouche, les cheveux en l´air, en traînant des pieds…

Je devais probablement être dans ma chambre en train de travailler, avant qu´elle ne m´appelle.

Mais, il un détail est pour le moins surprenant : dans le couloir, là où une armoire est placée, il était supposé y avoir une habitation. Je savais que deux gays habitaient dedans, et que j´entendais souvent ce qu´ils disaient, étant donné que les murs de notre immeuble isolent mal…

Ce qui est important de retenir, c´est que les deux gays étaient entre deux cloisons de mon appartement, soit entre ma chambre et le salon. Étrange en effet, mais significatif !

Cela signifie, selon moi, qu´ils sont [BOLD]cernés[/BOLD]. De plus, je faisais souvent des aller-retours chambre salon (je me voyais les faire en ayant des flash). Bien qu´ils étaient dans leur habitation, je les voyais.
On peut donc dire qu´ils semblaient aussi [BOLD]surveillés[/BOLD].

Vous devez savoir que, pour aller de ma chambre au salon, je passe par le couloir. Dans mon rêve, je passe devant "chez les gays".

Ces deux jeunes hommes étaient anglophones. Je pouvais les voir plaisanter, et je savais que cela était d´une façon [ITALIC]grivoise[/ITALIC]. L´un deux était blond.

Lorsque ma mère m´a appelée, je suis passée une énième fois par le couloir, mais cette fois-ci [ITALIC]un biscuit[/ITALIC] à la bouche. Lorsque je suis arrivée dans le salon, j´ai entendu l´un d´eux dire "Yeah… And his own… Is BIG !". Je savais tout à fait de quoi ils parlaient… Je pense que vous avez aussi compris…

A ce moment-là, je n´ai pas pu m´empêcher de lâcher un éclat de rire. Les deux autres se sont tu pendant [BOLD]un long moment[/BOLD]…

Ma mère m´a regardé d´un air qui montrait un [ITALIC]étonnement[/ITALIC].

[BOLD]Interprétation[/BOLD]

Le fait que ces deux jeunes hommes, homosexuels, soient cernés ainsi que j´ai attrapé quelque chose. Ensuite, que je puisse les [ITALIC]voir[/ITALIC] à travers un mur, et que je puisse les [BOLD]entendre, et les comprendre[/BOLD], signifie que quelque chose est devenu pour claire comme de l´eau de roche.
Je pense que c´est mon avis sur l´homosexualité. Il y a peu, je considérais ceci comme normal, à cause, notamment, de l´influence de la télévision.
Maintenant, il en est tout autrement, et j´ai tendance à considérer ça comme [ITALIC]ridicule[/ITALIC].

On retrouve cette notion du [ITALIC]ridicule[/ITALIC] dans mon rêve, puisque les deux hommes font des plaisanteries grivoises, qui s´apparentent à la [BOLD]farce[/BOLD].
On peut également qu´ils se soucient peu de ceux qui pourraient les entendre, ce qui se caractérise par une certaine [BOLD]naïveté[/BOLD].

Retenons aussi que pour aller voir ma mère, voix de la raison en quelque sorte, j´ai du passer devant "chez les gays", donc, les cerner encore une fois. C´est le fait d´avoir eu plusieurs fois cette impression de ridicule qui m´a mené [ITALIC]vers[/ITALIC] la raison. On peut donc considérer mon avis comme [ITALIC]juste[/ITALIC].

Je ne sais pas à quoi peut s´apparenter le biscuit dans la bouche… Peut-être à de la gourmandise ? Il est vrai que je suis assez friande de nourriture, mais sans pour autant en abuser… Ou peut-être à une récompense, ou une manière de faire ? Il faut savoir que j´ai parfois tendance à prendre les aliments de cette manière, quand mes mains ne sont pas libres.

Les cheveux en bataille ou traîner des pieds s´apparente, à mon avis, à des habitudes que j´ai, restant beaucoup à la maison (je suis scolarisée au CNED).

Le fait que je j´eusse ri, d´une manière spontanée et à ce qu´ils m´entendent, et également une habitude. J´ai l´habitude de rire de cette façon pour me moquer de quelqu´un qui [ITALIC]dérange[/ITALIC]. Pour illustrer ce que je dit, je peux vous citer ce qu´il s´est passé un jour de juillet.

J´étais à la maison, en train de me décoiffer. J´entendais, à côté, ce qui me semblais être des coups de marteaux. Mais qu´est-ce qu´ils font, me dis-je.
– ***** !
– Gloups…

Et je me pâme de rire. Les coups de marteaux s’avéraient finalement être des coups de reins… Mon rire étaient exagéré, à la fois nerveux et moqueur. Je n´avais pas envie qu´ils recommencent.

C´est donc la même chose pour les gays. La phrase "His own is big" n´avaient vraiment pas été discrète. En riant de la sorte, j´ai voulu leur dire "Taisez-vous, merde. On n´a pas besoin d´entendre ça."

Et ils se sont tus, comme les deux autres.

L´étonnement de ma mère. C´était finalement presque une honte, une honte que je leu réponde. C´est pareil dans la réalité.

Les deux, ont continué, malgré mon avertissement, et ce, pendant tout le mois de juillet. Je voulais absolument sortir tous les après-midi, je m´en souviens… Ensuite, ils sont partis, et la propriétaire est revenu. Avec son mec. Et merde…

La série de bruit a continué. J´ai dit stop. J´ai voulu écrire un mot. Ma mère eut le même air que dans mon rêve. Qu´importe. J´ai quand même écrit le mot.

>>> Finalement, ce rêve contient pas mal d´éléments illustratifs, qui sont là pour créer la vraisemblance. Je pense notamment aux cheveux mal coiffés, (actuellement dans cet état) ou au fait que j´étais précédemment dans ma chambre. D´autres choses sont plus imagées : les homosexuels, étriqués entre deux cloisons, le sont uen réalité d´une façon figurée. Ils me paraissent ridicules, et j´ai raison de les penser ainsi, car, cela me mène vers la raison.

[BOLD]Autre chose[/BOLD] : l´air étonné de ma mère, qui représente la raison, la sagesse, montre peut-être que je suis une petit peu effrontée, sans vraiment être mauvaise. On peut dire que je "bouscule" les esprits. En effet, les gays se [UNDERLINE]taisent[/UNDERLINE] pendant "un long moment" alors qu´auparavant, ils étaient assez bruyants.

Bonne journée,
Laura.