Nous avons trouvé les résultats suivants dans le dictionnaire des rêves :

Baptême

  • Dans la plupart des cas, suite d’un rêve d’eau.
  • Que l’on voit ou auquel on assiste : on trouvera des ressources intérieures qui permettront de surmonter des heures pénibles.
  • Voir baptiser: le moment arrive où vous allez payer les conséquences d’une erreur, Être baptisé: péril évité.
Lire la suite...

Activities

Today
599 a répondu with other 4 activities
a répondu
baptiste51
a répondu
a répondu
baptiste51
a répondu
baptiste51
a répondu
599 a répondu
617 a demandé
617 a répondu
3.95K a répondu with other 3 activities
baptiste51
a répondu
a changé le statut à publiée
Edited question
a demandé
Yesterday
3.95K a répondu with other activity
baptiste51
a répondu
a demandé
3.95K a répondu with other activity
baptiste51
a répondu
a répondu
12 a changé le statut à publiée with other 2 activities
Papio
a changé le statut à publiée
Papio
Edited question
Papio
a demandé
Nov
3.95K a répondu with other activity
baptiste51
a répondu
a demandé
3.95K a répondu with other 6 activities
baptiste51
a répondu
a répondu
baptiste51
a répondu
baptiste51
a répondu
a répondu
baptiste51
a répondu
a répondu
Lire la suite...

Enfant

enfant

  • Dans une situation de conflit, on cherche une issue
  • on veut s’engager dans une voie nouvelle et repartir à zéro avec des idées nouvelles.
  • Que l’on voit : en général bon présage.
  • Dont on accouche : de nouvelles possibilités d’existence vont s’offrir.
  • Que l’on voit durant l’accouchement : pour l’homme, séparation de sa femme
  • pour les pauvres, un bon présage
  • pour les gens d’affaires et les gens riches, un mauvais présage
  • pour qui voyage, retour au pays.
  • Que l’on voit sous les traits d’un bébé : bonheur pour la mère.
  • Que l’on porte sur les fond baptismaux : signe d’une vie chrétienne.
  • Que l’on voit dormir : bon avenir.
  • Que l’on voit jouer : joie.
  • Que l’on voit malade, tomber ou que l’on entend se quereller ou crier : récession en affaires.
  • Maigre : présage que les temps seront mauvais.
  • Gros : les temps seront bons.
  • Mourant : un succès inespéré.
  • Que l’on assassine : on se causera un grand dommage.
  • Jouer avec beaucoup d’enfants : chance en amour et succès dans tout ce qu’on entreprendra.
  • Être invectivé par des enfants : on dit du bien de vous.
  • Voir des nouveau-nés présage des tracas plus ou moins importants selon le nombre d’enfants.
  • Voir un enfant qui tette: grossesse
  • en tenir un dans ses bras: bonheur.

Lire la suite...

Sage

  • femme
  • Que l’on voit : des secrets seront dévoilés.
  • Avec laquelle on parle : naissance ou baptême.
  • Qui vous examine : on n’a pas la conscience pure.
  • Que l’on est : on sera très pressé dans une certaine affaire.
Lire la suite...

Parrain

  • Que l’on voit : on trouvera aide et secours auprès de quelqu’un dans une affaire.
  • Que l’on est : baptême d’un enfant : il se peut aussi que l’on prenne un engagement qui causera bien des peines et des soucis.
Lire la suite...

Un peu d’Histoire autour des rêves

Dans l’Antiquité trois mille ans avant Jésus-Christ.

 

Les Grecs pratiquaient la médecine et possédaient même des techniques assez raffinées. La religion,

qui faisait partie intégrante de la vie des anciens Grecs, était étroitement associée à la guérison. Ainsi,

il existait en Grèce des sanctuaires d’interprétation des rêves où les malades se rendaient pour être

guéris.

 

Voici une petite présentation du dieu grec de la médecine, Asclépios, et du rituel principal de

guérison qui avait cours dans l’Antiquité, notamment au sanctuaire d’Épidaure.

Épidaure est une petite cité située dans le Péloponnèse, au sud d’Athènes. Elle était célèbre par son

sanctuaire dédié au dieu médecin qui guérissait par les rêves.

Les fidèles venaient à Épidaure de partout dans le monde grec pour être guéris, un peu comme on fait

des pèlerinages de nos jours à Lourdes. Ils y pratiquaient le rituel de l’incubation. Ce rituel consistait à

dormir dans un temple pour recevoir en rêve des messages du dieu qui faisait un diagnostic et

donnait des conseils.

Les prêtres médecins interprétaient ces rêves et en déduisaient les prescriptions que les fidèles

devaient suivre pour guérir.

 

Le très connu serment d’Hyppocrate commence ainsi :

« Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les

déesses,…

On ne peut pas assez souligner l’importance que la médecine antique accordait aux rêves qui venaient

des Dieux.

 

Trois siècles avant Jésus-Christ dans l’ancien testament.

 

L’ancien testament que l’on appelle la bible hébraïque a été écrit au 3e siècle avant Jésus-Christ

Il y a environ 250 rêves présents dans l’ancien testament, ce qui atteste de leur extrême importance

à cette époque .Un grand nombre peuvent également être lus dans le nouveau testament.

 

300 ans après J C : La trahison de Saint Jérôme

 

Ici, il convient tout d’abord de mentionner un fait totalement inconnu, il s’agit du rôle prépondérant

qu’a joué Saint Jérôme pour écarter les chrétiens de leurs rêves et les condamner.

Jérôme, 300 ans après J C a traduit la Bible en latin. Jusqu’alors on lisait la Bible dans les textes

hébreux et grecs. Il fit à l’église naissante le monumental cadeau de cette traduction appelée la

Vulgate. Cependant, Jérôme a falsifié la traduction de certains passages et l’a arrangée à sa sauce. Et

c’est justement quand il s’agit des rêves :Voyons un peu :Dans le livre du Lévitique on peut lire dans

le texte hébreu au chapitre 19, verset 26 l’ordre suivant :

 

« Vous ne mangerez rien avec du sang, vous n’observerez ni les serpents ni les nuages pour en tirer

des pronostics. »

 

Jérôme a traduit en latin:

« Vous ne mangerez rien avec le sang. Vous ne consulterez point les augures, et vous n’observerez

pas les rêves. »

 

Où est-il question des rêves dans le texte original ? Jérôme les a introduits à côté des oracles.

Au livre du Deutéronome, chapitre 18, verset 10, on lit dans le texte hébreu original:

 

« Qu’on ne trouve chez toi personne pour consulter les oracles, pratiquer l’incantation, la divination,

les enchantements et les charmes, interroger les revenants et les esprits ou consulter les morts. Car

quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel. »

 

Jérôme a traduit là encore :

« …Qu’il ne se trouve personne qui interroge des devins, et qui observe les rêves et les augures, ni

qui use de maléfices, ni qui soit enchanteur, ni qui consulte ceux qui consultent les esprits de pythons

et les devins ou qui demandent aux morts la vérité. »

 

Dans ce passage aussi, le traducteur en latin transforme le texte d’origine, le falsifie comme dans le

livre du Lévitique, et l’expression consulter les oracles est traduite par observer les rêves et les

augures.

 

Ainsi, quand, de son côté, l’écrivain biblique condamne seulement les oracles, Saint Jérôme, lui, fait

l’amalgame avec les rêves, les rajoute dans le texte, alors qu’il n’en est nullement question, jetant

ainsi sur eux la condamnation qui a entraîné leur rejet. Et cette confusion est bien un fait encore

aujourd’hui, où les rêves sont considérés par beaucoup comme une démarche ésotérique plus ou

moins sulfureuse.

 

Vous voyez ainsi le fait exact et vérifiable que Jérôme a falsifié les textes et condamné volontairement

le rêve, alors que la Bible ne le fait pas. Au contraire, la Bible est remplie de récits de rêves, ce que

Jérôme savait pertinemment puisqu’il les a traduits. Avec la chute de l’empire romain, on n’aura plus

accès aux textes originaux, la traduction de Jérôme fera donc autorité pendant des siècles, excluant

pour des siècles le rêve de la vie spirituelle.

Depuis la trahison de Saint-Jérome jusqu’au début du 20 e siècle.

 

L’église fit tout alors pour condamner le rêve. En effet, puisque la doctrine exprimée par les pères de

l’église était affirmée comme complète, il n’était pas besoin d’informations supplémentaires. Si

supplément il doit y avoir, ce sont les dogmes qui les déclarent et les définissent. Tout le reste est une

hérésie.

 

L’église catholique va associer l’interprétation à des pratiques hérétiques et la mettre au même rang

que la sorcellerie, la divination. Les individus, soupçonnés de se livrer à des activités occultes, sont

accusés d’hérésie, privés de leurs biens, jetés en prison, torturés, brûlés.

Le rêve et son interprétation sont diaboliques.

 

Ainsi le rêve fut exclu de la civilisation occidentale. Pour des siècles à venir, on ne parla plus des rêves

ni de leur interprétation. Le rêve qui était au centre de la vie spirituelle intérieure disparut de la vie

quotidienne et resta un secret caché au fond des cœurs.

 

Napoléon Bonaparte lui-même a fait interdire l’interprétation des rêves que la révolution Française

avait pourtant fait rétablir.

Depuis le début du 20 siècle

Sygmund Freud et CG Jung ont à eux deux fait grandement avancer la relation entre le rêve et les

humains.

Les thèses freudiennes autour du rêve sont extrêmement répandues. Elles laissent à penser que les

rêves sont orientés par la Libido.

CG Jung a travaillé pendant un temps très court avec Freud. Ils se sont séparés ensuite, ce qui pour

JUNG a été un déchirement. Le travail de Freud lui paraissait pourtant incomplet. Il a ainsi démontré ,

autour de l’interprétation de 80000 rêves dans sa vie, que le rêve est par le biais de l’inconscient, un

dynamisme naturel pour piloter sa vie quotidienne . Le rêve , dit-il , est la porte d’accès à l’âme .

 

Ce n’est qu’en 1992 que l’interprétation des rêves a été officiellement rétablie en France.

 

 

Baptiste51

Lire la suite...
1 2